OGI lauréat du marché de réhabilitation de la fontaine du Titan à Béziers

Le département fontainerie d'OGI a remporté le marché de réhabilitation de la fontaine du Titan à Béziers avec les architectes REPELLIN LARPIN & ASSOCIES (Architectes des Bâtiments de France). 

La fontaine du Titan est située au coeur du Jardin du Plateau des Poètes à Béziers, un parc de 5ha inauguré en 1867, reliant les allées Paul Riquet à la gare, classé au répertoire des monuments historique depuis 1995. Installée en 1893, la fontaine monumentale fut réalisée par le sculpteur Biterrois Jean Antoine (Antonin) Injalbert. 

La fontaine du Titan est une œuvre haute de 17 mètres représentant le Titan Atlas portant le monde sur ses épaules. Une grotte a été percée sous la statue. Elle est encadrée par deux statues représentant un vieillard (certainement le Titan Japet, père d’Atlas) et d’une jeune femme vigoureuse (probablement Thémis sa mère). Le bronze d’Atlas repose sur un coquillage géant représentant un bénitier soutenu lui-même par des chevaux cabrés conduits par des anges. L’ensemble est en marbre de Carrare.
 
L’eau jaillissait d’un cratère situé en partie supérieure de la sphère représentant le monde. A l'arrière se trouve une représentation du dieu Pan crachant un tumulte d’eau détourné par un enfant pour en éclabousser un second. 
 
Une oeuvre au passé historique mouvementé
En 1878 l’œuvre, en plâtre, est refusée par l’Académie des beaux-arts comme envoi de 4e année de la Villa Médicis, sous prétexte qu’un groupe en marbre s’impose et qu’un plâtre destiné à être réalisé en bronze est inacceptable. Grâce au soutien du peintre Lenepveu, le groupe est accepté comme envoi supplémentaire. En 1882 Jean Antoine Injalbert transforme le groupe qu’il a exposé en 1879 en supprimant le génie et en agrandissant la sphère céleste. En 1883 l'oeuvre est achetée par l’Etat pour être traduite en bronze. L’installation est prévue sur la terrasse de Saint-Germain-en-Laye.

En 1884, le ministre de l’Instruction publique refuse d’accéder à la demande de la ville de Béziers de se voir attribuer le Titan. Injalbert exprime sa profonde déception. Le conseil municipal persiste et crée un comité au mois de novembre qui ouvre une souscription publique.
Le 17 mars 1885, le Titan est attribué à la ville de Béziers à condition qu’il forme le motif principal de la fontaine monumentale qui doit être exécutée d’après le projet d’Injalbert. La statue arrive à Béziers au mois de décembre. En septembre 1886 a lieu la signature d’un traité avec Injalbert et la ville. Le projet s’élève alors à 50 000 francs. La souscription publique ne produit que 12 000 francs mais le conseil municipal vote la poursuite d'une souscription. L’emplacement définitif est arrêté au plateau des Poètes en 1887. Le projet est modifié avec l’ajout de deux enfants sur la face postérieure.
L'ouverture du chantier peut enfin avoir lieu en 1888, rapidement interrompu par le blocage des blocs de marbre à la frontière italienne. Ils ne seront débloqués qu'au mois d’août 1890.
Achevée en 1892, la fontaine est inaugurée le 14 juillet 1893. Le coût total s’élève à 90 518 F, soit environ 250 000 €. 
Durant la guerre, en 1942, le bronze est réquisitionné, il est alors démonté et caché dans les établissements Valette et Rouanet puis réinstallé à la Libération. 

Crédit image : lepetitbiterrois/flickr